DES CLIENTS DIFFÉRENTS ET POURTANT… LEUR SATISFACTION LES RAPPROCHE.

Pour Marianne, la satisfaction client est primordiale. Et c’est le client qui parlera le mieux de nos expertises…

INTERVIEW DU MOIS

Thalasso

Effectif : 400
Secteur d’activité : Bien-être, Loisirs

[ Mission Charges Sociales ]

 

Quelles étaient vos motivations, vos attentes de cet audit en charges sociales ?

 

Nous souhaitions récupérer le trop versé des cotisations Fillon car un cabinet comptable nous avait alerté sur des problèmes de taux et de calcul. Durant la même période, j’ai connu le Cabinet Marianne et j’ai donc fait appel à vous.

 

En commandant cette mission, avez-vous eu des hésitations ?

 

Non, car nous avions déjà travaillé ensemble quelques semaines auparavant sur la partie Crédit d’impôt et compte-tenu des résultats, il y avait une motivation à poursuivre.

 

Et si vous n’aviez pas effectué cette mission de Crédit d’impôt CIA, auriez-vous été plus réticent à vous lancer sur la Fillon ?

 

Oui, sans doute.

Parce que, cela était déjà le cas au début de la mission Crédit d’Impôt – même si le discours était plaisant, on n’est jamais sûr qu’il colle à la réalité tant qu’on n’a pas le résultat.

Finalement, ce qui avait été dit a été tenu et on a récupéré exactement ce qui avait été prévu.

 

 

Les conclusions de l’audit vous ont-elles surprises ?

 

Très honnêtement, pas de surprise car l’équipe Marianne avait estimé un montant à la louche, pas très éloigné de ce qui nous avait été annoncé.

 

Avec un peu de recul, quels conseils pourriez-vous donner à un DRH qui hésite ?

 

Compte tenu du coût zéro – car Marianne se rémunère sur ce qui est récupéré ; donc si on ne récupère pas on ne paye rien : il faut se lancer car les résultats sont bien là !

Je ne peux que les encourager à faire appel à vous !

Thalasso.comSébastien DOURDENT - Directeur des Ressources Humaines

AUTRES TÉMOIGNAGES

Thalasso

Effectif : 400
Secteur d’activité : Bien-être, Loisirs

[ Mission Charges Sociales ]

 

Quelles étaient vos motivations, vos attentes de cet audit en charges sociales ?

 

Nous souhaitions récupérer le trop versé des cotisations Fillon car un cabinet comptable nous avait alerté sur des problèmes de taux et de calcul. Durant la même période, j’ai connu le Cabinet Marianne et j’ai donc fait appel à vous.

 

En commandant cette mission, avez-vous eu des hésitations ?

 

Non, car nous avions déjà travaillé ensemble quelques semaines auparavant sur la partie Crédit d’impôt et compte-tenu des résultats, il y avait une motivation à poursuivre.

 

Et si vous n’aviez pas effectué cette mission de Crédit d’impôt CIA, auriez-vous été plus réticent à vous lancer sur la Fillon ?

 

Oui, sans doute.

Parce que, cela était déjà le cas au début de la mission Crédit d’Impôt – même si le discours était plaisant, on n’est jamais sûr qu’il colle à la réalité tant qu’on n’a pas le résultat.

Finalement, ce qui avait été dit a été tenu et on a récupéré exactement ce qui avait été prévu.

 

 

Les conclusions de l’audit vous ont-elles surprises ?

 

Très honnêtement, pas de surprise car l’équipe Marianne avait estimé un montant à la louche, pas très éloigné de ce qui nous avait été annoncé.

 

Avec un peu de recul, quels conseils pourriez-vous donner à un DRH qui hésite ?

 

Compte tenu du coût zéro – car Marianne se rémunère sur ce qui est récupéré ; donc si on ne récupère pas on ne paye rien : il faut se lancer car les résultats sont bien là !

Je ne peux que les encourager à faire appel à vous !

Thalasso.comSébastien DOURDENT - Directeur des Ressources Humaines

LODIGROUP (fond clair) - Format PNG

Effectif : 60
Secteurs d’activité : hygiène publique, protection des denrées stockées et élevage

[ Mission Charges Sociales ]

 

Lors de la 1ère édition du TOP DRH Grand-Ouest, à La Baule, j’ai eu l’opportunité de découvrir la société Marianne. Qu’elle ne fut pas ma satisfaction !

En effet, Marianne a immédiatement cerné ma problématique ; ce qui lui a permis d’accomplir l’ensemble des tâches et de les exécuter parfaitement. C’est avant tout une équipe professionnelle et humaine : très réactive, disponible et respectant les plannings fixés en amont, avec un relationnel favorisant la confiance réciproque !

De plus, Marianne dispense un réel travail de qualité par la précision des actions engagées ainsi que la livraison d’un rapport très détaillé nous permettant d’être rassurés !

Cette collaboration fût un réel atout pour notre société puisqu’elle nous a permis à travers l’audit de vérifier notre conformité en matière de charges sociales et ainsi d’éviter un redressement URSSAF. En outre, Marianne se rémunère sur le gain escompté selon les anomalies décelées, ce qui ne peut impacter que de manière positive les finances de l’entreprise.

Un grand merci à Marianne pour son sérieux et son efficacité !

 

Lodi GroupChristine ADROT - Directrice RH & Communication Interne

smeg-logo
Effectif : 60

Secteur d’activité : Commerce de gros

[ Mission Charges Sociales ]

 

Nous avons sollicité les services de Marianne dans l’objectif de récupérer d’éventuelles sommes que nous aurions omises de par la complexité et les régulières évolutions des modalités sociales.
Cela nous a permis de valider la qualité de notre service Paie interne et du paramétrage de nos outils dédiés, mais aussi de récupérer des sommes non dues, d’optimiser certaines charges à venir de par leur très bonne expertise dans le domaine et un bon dialogue technique, sans perturber notre organisation.

Pour ces raisons, leur apport a été très bénéfique et je la recommande sans restrictions.

SMEG FranceOlivier CRUE - DAF

220px-Groupe_soufflet

Effectif : 3000
Secteur d’activité : Agro-industrie

[ Mission Charges Sociales ]

 

 

Le Groupe Soufflet a fait appel au cabinet Marianne en 2012, quelques mois après un contrôle URSSAF défavorable. Le Groupe n’avait pas d’expérience d’accompagnement par un prestataire dans ce domaine, et un a priori méfiant vis-à-vis du mode de rémunération (success-fees), mais au vu des motifs de redressement et de la complexité croissante de maîtrise des calculs en termes de prélèvements sociaux (réductions Fillon en particulier), un appui nous est apparu indispensable.

Parmi plusieurs cabinets rencontrés, nous avons retenu Marianne pour plusieurs raisons : leur réactivité et disponibilité, leur pédagogie, leur transparence, la qualité de leur relationnel, tant sur le plan commercial qu’opérationnel. Nos attentes n’ont pas été déçues et les équipes de Marianne se sont révélées pointues et extrêmement efficaces.

Leur intervention nous a permis de récupérer deux fois le montant du redressement. Le dernier contrôle (2015) a abouti à un montant de redressement divisé par 10, et là-aussi plus que compensé par de nouvelles demandes de restitution. Sur toute la période, les experts de Marianne nous ont en outre accompagné sur des points d’expertise technique, permettant aux équipes internes de monter en compétence.

Un autre point de vigilance pour nous était bien entendu de ne pas dégrader nos relations avec les contrôleurs URSSAF. Il n’en n’a rien été, au contraire, comme nous avons pu le constater lors du contrôle 2015.

 

Groupe SouffletXavier ROSSIGNOL - DRH

image_logos01_72dpiMERZ PHARMA FRANCE

Effectif : 44
Secteur d’activité : Laboratoire

[ Mission Charges Sociales ]

 

 

 : En mars 2011, vous avez commandé un audit de vos charges sociales. Quelles étaient vos motivations ?

Diana TROJANUS : A l’époque, notre Président souhaitait trouver des économies, en faisant appel à un expert en charges sociales. Il a donc voulu faire appel à Marianne pour cela.

 

 : Lorsqu’on commande une telle expertise, quelles peuvent-être nos hésitations ?

Diana TROJANUS : Le seul frein concernait le mode de rémunération. Était-on prêt à payer les honoraires dans le cas où Marianne trouverait beaucoup d’enjeux ?

 

 : Les conclusions de l’audit vous ont-elles surprise ?

Diana TROJANUS : Oui, car de très grandes économies ont été retrouvées. Ce fut une très bonne nouvelle pour nous ! Mais cela a quand même soulevé quelques interrogations pour le cabinet qui s’occupait de notre paie.

En effet, il a contacté l’URSSAF, en posant les mêmes questions que Marianne, mais n’a pas obtenu les mêmes réponses…

Le fait d’avoir des experts spécialisés fait que l’Urssaf ne se comporte pas de la même manière.

 

 : Avec un peu de recul, quels conseils pourriez-vous donner à un DRH ou DAF qui hésite ?

Diana TROJANUS : Le métier de Marianne est un métier à part. Il ne faut pas hésiter à se lancer dans une démarche d’audit de ses charges sociales.

 

 : Cette mission vous a-t-elle paru chronophage dans l’ensemble ?

Diana TROJANUS : Non, c’est par exemple moins chronophage que le contrôle Urssaf (rires)…

Quand on reçoit l’URSSAF seuls, c’est à nous de tout préparer.  Avec vous, ce sont vos experts qui regardent nos dossiers et gèrent l’aspect administratif.

 

 

Merz Pharma FranceDiana TROJANUS - DAF & DRH

000007550_5U Proximité Sud

Effectif : 650
Secteur d’activité : Alimentaire

Mission Charges Sociales ]

“A l’origine, j’étais contre le projet. Je trouvais qu’il s’agissait d’une perte de temps, car j’avais déjà travaillé avec un grand cabinet d’optimisation.
De plus, je craignais de rompre les bonnes relations que j’entretiens depuis des années avec l’URSSAF.

Nous avons tout de même rencontré le Responsable d’Affaire, puisque mon DAF était intéressé par une mission en charges sociales.

L’expert du Pôle s’est déplacé in situ et j’ai grandement apprécié l’échange et le feeling avec elle, d’autant plus que l’approche utilisée m’a beaucoup plu. Nous avons reçu les préconisations et il n’y avait plus qu’à choisir les pistes que nous souhaitions mettre en place, comme la Fillon.

J’ai trouvé que nous étions très bien accompagnés, notamment dans le paramétrage de notre logiciel de paie ainsi que les contrôles découlant des modifications.

Un autre point fort a été l’interlocuteur privilégié (de qualité) , contrairement à l’expérience que j’ai pu avoir avant de connaitre Marianne, ce qui permet de gagner du temps !

Un esprit très familial qui se ressent direct, chez Marianne, et qui nous a mené loin, puisque les résultats ont été très positifs pour mon entreprise, sans nuire aux relations avec les organismes sociaux (Urssaf…) ! “

UpSud (U Proximité Sud)Jaqueline RICHARD - Responsable du Service Paie

logo-lexis-nexis

[Mission Charges sociales]

Le groupe d’édition juridique fait intervenir de multiples métiers. Il était difficile de s’y retrouver dans le système de paie des 600 salariés. L’appel à un cabinet a fait économiser 160.000 euros.

En 2005, le spécialiste de l’édition de revues et périodiques juridiques, à destination des avocats, notaires, experts comptables, commissaires aux comptes, du secteur public et de l’enseignement, a décidé de se pencher sur les fiches de paie de ses quelque 600 collaborateurs.

Cette filiale du groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier souhaiterait améliorer ses performances financières. Elle s’est alors en effet orienté vers l’optimisation de ses coûts, notamment en matière de charges sociales. Mais elle ne désirait pas mener cette opération seule et voulait se faire accompagner par un cabinet spécialisé.

Son choix se porte alors sur le cabinet Marianne Experts. Le fonctionnement de l’entreprise est en effet complexe. Un grand nombre de catégories sociales professionnelles y travaille avec autant de conventions collectives différentes et donc de réglementations sociales diverses (commerciaux, journalistes, travailleurs à domicile, techniciens informatiques, itinérants à travers toute la France…) Il est donc difficile de suivre l’évolution réglementaire associée à chacun de ces profil, “La législation sociale est en constante évolution et devient de plus en plus complexe. Nos experts internes se tiennent bien évidemment informés des spécificités de la paie, mais la parfaite conformité de nos systèmes face à la complexité et la multiplicité des textes est une lourde tâche, explique Sylvie Authier, DRH de LexisNexis. Mais nous avions une condition : nous voulions impérativement que toutes les recommandations de Marianne Experts reposent sur des textes juridiques, qui ne puissent être contestés ou remis en cause”, précise la DRH.

Cette opération d’optimisation des coûts sociaux s’intègre aussi dans une démarche globale incluant la mise en place d’un département “Achats” au sein de la société, destiné à améliorer les processus internes. La mission du cabinet débute par la signature d’une convention en juillet 2005. Marianne Experts propose, comme à son habitude, d’effectuer la mission, soit sur site, soit à partir de dossiers transmis à distance par la société LexisNexis. L’entreprise d’édition préfère que l’intervention se déroule dans ses propres locaux. Durant une journée, en août 2005, un expert de Marianne examine donc les documents mis à sa disposition : les bordereaux de cotisations, les livres de paie sur la base des fichiers informatiques extraits du logiciel. Il se renseigne également sur les métiers exercés, les secteurs géographiques couverts, etc… Quinze jours plus tard, le cabinet présente un rapport détaillé avec les différentes pistes d’économies possibles. “L’origine des axes d’amélioration provenait principalement d’une interprétation non optimale des textes de loi”, indique aujourd’hui le cabinet. Après quelques mois de réflexion, le service DRH de LexisNexis décide finalement en 2006 de se concentrer sur deux pistes, dont la taxe sur les transports pour le personnel travaillant à domicile. “Marianne Experts nous a ensuite accompagnés en préparant les courriers à envoyer aux administrations et en effectuant des points réguliers pour suivre l’évolution de nos demandes de remboursements auprès des organismes sociaux”, raconte Sylvie Authier. L’expert du cabinet est aussi présent le jour où l’Urssaf effectue un contrôle sur place suite à la demande de remboursement qui lui a été faite.

Au final, LexisNexis a pu récupérer 160 000 euros environ, en marjorité sur le remboursement de la taxe transport sur les trois dernières années. Une partie des économies a aussi été réalisée grâce aux nouveaux paramétrages des indemnités journalières de la Sécurité Sociale que LexisNexis a mis en place sur les conseils du cabinet Marianne Experts. “Il me semble important désormais de regarder de façon régulière les autres pistes de réduction de coûts qui peuvent être possibles dans notre entreprise”, estime Sylvie Authier, qui n’exclut pas de lancer d’autres démarches”.

par Marion Kindermans / Paie : LexisNexis réduit les charges sociales

Temoignage-LEXISNEXIS (PDF)

LexisNexisSylvie AUTHIER - Directrice des Ressources Humaines

logo-havas-voyages

Effectif : 2400
Secteur d’activité : Voyages

[Témoignage]

Nous avons fait appel à Marianne Experts afin d’examiner les économies susceptibles d’être réalisées en matière de coûts sociaux. Compte tenu de l’organisation de notre service et de la disponibilité des informations, l’analyse de notre dossier s’est déroulée dans des délais très courts. Les demandes de documents et d’explications sur des points particuliers ont permis un échange fructueux. Le rapport est complet et argumenté, des informations complémentaires allant au-delà de nos attentes. La mise en oeuvre des préconisations qui constitue la prochaine étape est en cours d’analyse par notre société.

Havas Voyages American ExpressAbdelkader BAKTI - Responsable du service Paies

logo-groupe-diffusion-plus

[Témoignage]

« Nous avons pu apprécier le professionnalisme et l’efficacité de Marianne Experts qui nous a permis de réaliser des économies substantielles sur les charges sociales, dans la plus stricte application de la loi. Nous avons été pleinement satisfait de votre prestation tant au niveau relationnel que dans les résultats obtenus. En effet, durant l’audit, nous avons apprécié la rapidité et la discrétion des experts, ainsi que la transparence dont votre cabinet a su faire preuve via un rapport détaillé. De plus, nous avons mesuré le sérieux de vos experts qui suivent le dossier ».

Diffusion PlusCorinne PARIS - Responsable des Ressources Humaines

COURTEPAILLE

[Témoignage]

« Je viens, par la présente, vous apporter mon témoignage sur votre contribution dans le dossier d’audit charges sociales de notre société. Je renouvelle ma satisfaction sur les qualités d’écoute, de disponibilité et de professionnalisme dont vous avez fait preuve lors de vos différentes interventions sur le site. J’ai particulièrement apprécié votre compréhension lorsque les difficultés rencontrées à l’issue de l’intégration de notre nouveau système de paie ne permettaient pas de fournir, dans les délais raisonnables, les informations ou la disponibilité dont vous aviez besoin pour mener à bien vos taches. Dans ce contexte particulier, vous avez fourni des informations de qualité, sans vous départir de la gentillesse et de la retenue qui vous caractérisent. J’aurai grand plaisir à continuer notre collaboration dans les semaines à venir ».

CourtepailleLuc NEGRI - Directeur des RH

COOP DE NORMANDIE – PICARDIE

[Témoignage]

A trois reprises, et dans des domaines aussi différents que les charges sociales, la fiscalité foncière et l’appréciation du statut de mandataire social, nous avons fait appel aux services de la société Marianne. En chaque occasion, les audits menés par Marianne ont été suivis d’effets positifs grâce à des gains significatifs. En apportant un regard extérieur, Marianne nous a permis de faire évoluer favorablement certains dossiers que, probablement, nous aurions mis plus de temps à étudier, faute pour notre groupe de disposer des compétences pointues et immédiatement actives de la société Marianne.
Sa faculté d’adaptation à nos propres contingences a été certaine et nous n’avons aucun regret d’avoir fait appel à celle-ci.

Coop de Normandie – PicardieGérard THIBOUS - Président Directeur Général

logo

Effectif : 320
Secteur d’activité : Négoce de fruits et légumes

[Témoignage]

Nous avons confié, par convention, une mission d’audit et d’analyse de nos charges sociales et coûts sociaux, mission dont les conclusions devaient permettre à la société une économie significative sur ces coûts. Cette mission arrivant à son terme, nous souhaitons vous féliciter et vous remercier à la fois pour la rigueur avec laquelle vous avez géré ce dossier et pour le résultat extrêmement positif qui en résulte concrètement pour la société. Et au-delà de ce résultat, nous avons particulièrement apprécié les relations que votre entreprise a entretenu avec l’ensemble de notre personnel, ainsi que les conclusions écrites que vous nous avez communiquées et commentées.

Canavese SAJean-Pierre CANAVESE - Directeur Général

AMERICAN AIRLINES

[Témoignage]

Je tenais à vous faire part de la satisfaction quant au travail effectué par votre équipe et notamment votre expert avec qui j’ai eu d’excellentes relations. Je suis totalement ravie du service et je ne regrette absolument pas d’avoir choisi Marianne pour réaliser cette mission sur les charges sociales au sein d’American Airlines.

American AirlinesSophie BOSSARD - Directrice des RH

AIR FRANCE

[Témoignage]

La compagnie Nationale Air France a confié à la société Marianne la mission de réaliser des économies de charges sociales, rémunérées sur la seule performance. A cette occasion, nous avons apprécié la compétence technique et le professionnalisme de ses équipes, ainsi que la bonne connaissance qu’a la société Marianne des usages et des relations avec les Administrations Centrales. Cette société de conseil s’est adaptée rapidement à la culture de notre entreprise et nous a proposé la mise en oeuvre d’économies et l’optimisation de certains savoir-faire.

Air FranceMichel DELAITRE - direction du personnel et des CS

Logobeaumanoir 

Effectif : 4 567
Secteur d’activité : Habillement

[Presse / Témoignage]

Le groupe de prêt-à-porter féminin va récupérer plus d’un million d’euros après avoir actualisé et ajusté son logiciel de paie pour mieux prendre en compte les derniers textes de loi.

 

Cache-Cache, Patrice Bréal, Scottage, Bonobo… et désormais Morgan. En rachetant il y a quelques semaines la célèbre enseigne de prêt-à-porter féminin, le groupe familial Beaumanoir, implanté à Saint-Malo, a franchi un nouveau cap. A la tête de 1250 points de vente dans le monde et de 5000 salariés, le groupe doit absorber les 1000 nouveaux magasins Morgan et ses 2000 employés. Son chiffre d’affaires, de 640 millions d’euros en 2008, se gonflera en 2009 des 140 millions d’euros de la nouvelle enseigne. Face à une telle opération de croissance, qui suit un rythme déjà soutenu de développement sur ces dernières années, l’entreprise a décidé de mieux encadrer ses process de gestion. Elle a donc fait appel au cabinet Marianne Experts pour optimiser sa masse salariale. “Ceci rentre dans une démarche globale de l’entreprise : d’une part nous avons mis en place une direction achats qui vise l’optimisation des contrats, et nous cherchons d’autre part à mieux contrôler nos méthodes de gestion et de coûts” indique Benjamin AMICE, directeur de la gestion RH de Beaumanoir.

Deux collaborateurs de Marianne sont intervenus dans l’entreprise de juillet à octobre 2008. Après une journée d’audit, ils ont travaillé sur les documents délivrés par l’équipe RH, tels que les fichiers informatiques extraits du logiciel de paie. Deux axes étaient privilégiés : il s’agissait de réactualiser les interprétations des textes de loi que le groupe Beaumanoir avait pu réaliser, afin de les rendre optimales, et de réajuster les paramétrages du logiciel. “Les textes sont tellement complexes et ont évolué tellement vite, que c’est très difficile de suivre tout cela de près, à moins d’avoir en interne des ressources dédiées, ce qui n’est pas notre cas”, souligne Benjamin Amice.

Huit points clés

Le cabinet Marianne a identifié huit points clés qui permettraient de réaliser des gains significatifs. “Par exemple, dans notre méthode de calcul des avantages induits par la loi Fillon, nous ne prenions pas en compte toutes les heures rémunérées comptabilisées à l’occasion du départ d’un salarié, ce qui a pour effet de minorer les réductions Fillon, soit un manque à gagner pour le groupe, pointe du doigt le responsable de la gestion RH.

Autre gisement de ressources : l’entreprise payait à tort de la taxe transport pour des salariés itinérants, comme les commerciaux. En effet, cette dernière n’est due que pour les employés qui ont un bureau fixe. Profitant du fait que l’une des sociétés du groupe était en contrôle Urssaf, les collaborateurs de Marianne ont pu également solliciter directement les remboursements identifiés. “Nous avions déjà décidé de faire intervenir le cabinet à cette époque, mais le fait que l’Urssaf soit présent dans nos locaux nous a confortés dans l’idée de les mettre autour de la table pour simplifier les choses”, précise Benjamin Amice.

Le cabinet a également aidé l’entreprise sur la possibilité de mise en place d’un VLU (Versement en Lieu Unique) afin de simplifier les échanges avec l’Urssaf. Ce dispositif permet aux entreprises de centraliser auprès d’une seule Urssaf (dite de liaison) les opérations liées aux versements de cotisations.

Conformément à la loi, l’analyse globale du cabinet sur les fiches de paie s’est portée sur les trois dernières années, ainsi que sur le potentiel des deux années à venir. Soit une étude sur les années 2006 à 2010 incluse. “Les économies trouvées sont globalement des réductions de charges que, par manque de connaissance des textes, nous n’avions pas assez optimisées”, résume Benjamin Amice. Au total, l’entreprise s’apprête à toucher  “une somme supérieure à un million d’euros”. A ce jour, le groupe Beaumanoir est en cours de recouvrement de l’intégralité de l’enveloppe. Ces remboursements de l’Urssaf arrivent, depuis décembre 2008, sous forme de crédits sur la somme que l’entreprise doit régler pour le mois suivant.

Par Marion Kindermans, Le groupe Beaumanoir optimise sa masse salariale

Témoignage BEAUMANOIR (PDF)

Groupe BeaumanoirBenjamin AMICE - Directeur de la Gestion RH

AGF / ALLIANZ

[Témoignage]

Nous avons demandé à Marianne de conduire une mission d’analyse de nos charges sociales. Nous avons pu apprécier la compétence et le professionnalisme de Marianne dont les résultats exprimés dans des rapports écrits précis et complets, nous ont permis tout à la fois de conforter nos procédures et de réaliser des économies importantes, notamment sur des points très techniques. De surcroît, le savoir-faire apporté par Marianne nous permet de prendre du recul et de progresser dans un domaine qui devient de plus en plus complexe ».

AGF/ALLIANZJean-Pierre CHARNIER - Directeur RH

logo-missenard-climatique

Effectif : 765
Secteur d’activité : Industrie

[Mission Charges Sociales]

Domaine complexe et très variable, l’analyse de nos charges sociales nous paraissait nécessaire. Notre choix s’est porté logiquement sur Marianne.
En effet, dès la première prise de contact, nous avons été convaincus par la façon dont sont menés les audits et le suivi qui était proposé.
La mission a été menée de manière très professionnelle. L’expert a su se montrer disponible et s’est adapté à notre activité ainsi qu’au fonctionnement de notre société. Il en est de même pour le détail des éléments apportés dans le rapport, sans parler de l’assistance fournie lors des demandes de remboursements.
Nous sommes donc entièrement satisfaits des résultats de cette mission, qui nous a permis de réaliser de belles économies et d’ajuster certaines pratiques.

MISSENARD QUINT BMaureen DECOOL - Contrôleur de gestion

logocontact

Effectif : 90
Secteur d’activité : Commerce

[Témoignage]

Nous avions besoin de déceler des anomalies, et éventuellement, de réduire nos charges sociales. Il était donc question de faire appel à une société d’optimisation des coûts.
Le fait qu’il n’y ait pas d’honoraire à payer si aucune piste d’économies n’était trouvée par Marianne, nous a conduit à les choisir.
La mission s’est déroulée de manière professionnelle, avec de très bonnes qualités relationnelles.

SACLA FranceCécile GAURON - Responsable RH

logo-le-bon-repos

Effectif : 128
Secteur d’activité : Accueil des personnes âgées

[Témoignage]

Nous n’avions pas de problématique en particulier concernant nos charges, mais j’ai tout de même souhaité faire vérifier les fiches de paie de l’entreprise, lors de mon arrivée dans celle-ci, afin de savoir si des économies étaient possibles. Je connaissais déjà le principe des cabinets de conseil en réduction de coûts et ai décidé de faire appel à Marianne.

Nous avons trouvé la prise en charge du dossier et le suivi très satisfaisant, d’autant plus que des économies conséquentes ont été trouvées !

Le Bon ReposAlexandra BURLON - Responsable RH

Coquidé

Chiffre d’affaire : 190 000 K€
Secteur : Automobile

[Mission Frais bancaires]

En 2014, vous avez commandé un audit de vos frais bancaires et financiers. Quelles étaient vos motivations ?  

Eric COQUIDE : Nos frais bancaires étaient notre 2ème poste de coûts en matière de frais fixes. Nous voulions l’expertiser.

 

M : Lorsqu’on commande une telle expertise, a-t-on des hésitations ? Des freins ?

Eric COQUIDE : Non, pas d’hésitation, car les conditions de Marianne était de regarder le dossier gratuitement.

 

M : Les conclusions de l’audit vous ont-elles surpris ?

Eric COQUIDE : Oui. Globalement, on s’attendait à trouver quelque chose mais pas de cette façon.

Facialement, une des banques était la plus chère, alors qu’en réalité c’était une autre qui nous coûtait le plus !

 

M : Avec un peu de recul, Monsieur Coquidé, quels conseils pourriez-vous donner à un DAF qui hésite à challenger ses banquiers ?

Eric COQUIDE : Il doit au moins faire la 1ère journée gratuite !  Les auditeurs ont toujours eu le respect face aux banques.

Cependant, en tant que DAF, il ne faut pas hésiter à hausser le ton face à votre banquier si les conditions de celui-ci ne vous conviennent pas.

 

M : Cette mission vous a-t-elle paru chronophage ?

Eric COQUIDE : Non pas du tout !

 

Etablissements CoquidéEric COQUIDE - Directeur Administratif & Financier

kleber-malecot

Chiffre d’affaire : 52 000 K€
Secteur : Commerce de gros

[Mission Frais bancaires]

 : Au printemps 2014, vous avez commandé un audit de vos frais bancaires et financiers. Quelles étaient vos motivations ?

Vincent GUILLON : Ca ne faisait pas très longtemps que j’avais rejoint Kleber Malecot et le niveau des frais bancaires et financiers me semblaient trop élevé. J’ai décidé de faire appel à un professionnel pour mesurer ce niveau et si possible l’optimiser.

 

: Lorsqu’on commande une telle expertise, a-t-on des hésitations ? Des freins ?

VG : Personnellement, je n’avais pas de frein particulier pour lancer cette expertise, mon Président, lui peut être davantage. Il craignait un impact négatif sur les relations avec nos partenaires bancaires.
Finalement, après avoir analysé rapidement le pour et le contre, nous nous sommes dit qu’entamer un travail de fond sur la gestion et la distribution de nos flux de trésorerie ainsi que sur les coûts de l’ensemble de nos services bancaires étaient tout aussi important que nos relations avec nos partenaires bancaires. C’est donc comme ça que nous nous sommes lancés.
Cela a changé les rapports avec nos banquiers.

 

: Vous dites que ça a changé vos rapports, pouvez-vous préciser ?

VG : Dans le bon sens ! Nos partenaires bancaires ont trouvé qu’il était responsable de la part de Kleber Malecot d’établir une telle démarche, sérieusement orchestrée.

 

: Les conclusions de l’audit vous ont-elles surpris ?

VG : Oui et non, car au départ, l’équipe Marianne nous avait effectivement annoncé ces chiffres, sûrement grâce à son expérience. Mais nous ne pensions pas pouvoir en arriver là, dans de telles proportions.

 

 : Avec un peu de recul, Monsieur Guillon, quels conseils pourriez-vous donner à un DAF qui hésite, aujourd’hui, à challenger ses banquiers ?

VG : Il faut absolument le faire ! Cela prouve qu’on se préoccupe de la gestion de notre entreprise, notamment en cette période économiquement compliquée. Le banquier, c’est un fournisseur presque
comme les autres… Nous aurions pu être inquiet compte tenu de nos besoins en financement court terme important lié à notre activité. Notre crainte se portait essentiellement sur l’octroie de ces derniers. Mais on y est allé quand même ! Après tout, le banquier aussi a besoin de nous.
Au final, tout s’est très bien passé, ils ont trouvé cela sérieux et notre relation reste très bonne.

 

: Ces missions vous ont-elles paru chronophages dans leur ensemble ?

VG : Pas du tout ! Il faut en effet fournir un nombre significatifs d’éléments pour que le travail devotre société soit effectué correctement et participer à plusieurs rendez-vous avec nos partenaires bancaires
mais compte tenu du résultat, le temps passé me paraît dérisoire.

Cette mission, ainsi que celle en charges sociales que j’ai également menée, ont été très intéressantes pour tout le monde ! Enfin surtout pour nous ! (sourire)
Elles ont été menées de manière très professionnelle, avec des rapports clairs, complets, concis et précis, et tout cela… dans des délais très satisfaisants !

 

Kleber MalecotVincent GUILLON - Directeur Administratif & Financier

sirmet

Chiffre d’affaire : 65 000 K€
Secteur : Industrie

[Mission Frais bancaires]

 

 : Si vous deviez résumer la mission en un mot ?

Laurent Muchiut : Efficace !

 

: Quels étaient vos objectifs ?

LM : Je cherchais l’optimisation et l’économie mais aussi un réel accompagnement terrain.

 

: Si la bonne raison était l’économie… Y avait-il une vraie raison ? (sourire)

LM : La vraie raison était de mesurer l’écart entre les conditions que j’avais et les meilleures conditions appliquées sur le marché, pour des sociétés comme la mienne.

 

: Vous ne discutiez pas tous les ans, de vos prestations, avec vos banquiers ?  

LM : Si, bien sûr ! Mais si je peux négocier certains sujets tout seul, comme par exemple la commission de mouvements, je ne suis pas certain de pouvoir négocier au mieux, non seulement des sujets isolés mais plus généralement le périmètre global. Sur quelles matières m’appuyer ?

 

 : Quels sont les mots qui définissent le plus, selon vous, le travail de Marianne ? 

LM : Confiance et maîtrise. Votre approche technique, et ce dès l’ouverture de la mission, m’a totalement sécurisé. J’ai aussi beaucoup apprécié la cadence de travail, le respect de mon agenda et la méthodologie appliquée, entre autres la réalisation de la cartographie, modélisation de mes flux, que je n’ai jamais eu le temps de faire…

Le rapport d’audit était complet, précis, en phase avec les objectifs… J’ai apprécié que vous me livriez tout vos travaux !

 

: Les conclusions de l’audit vous ont-elles surpris ?

LM : Le rapport valide, ou pas, des visions, des sentiments, des proportions… Parfois, j’ai été surpris des proportions livrées, parfois, ça n’a fait que valider.

Ce qui m’a le plus interpellé, c’est la valorisation des enjeux car jamais on ne pense avoir autant d’économies sur de tels sujets.

En fait, sans cartographie et benchmark,  c’est comme aller à la chasse, sans cartouches !

 

: Pour conclure, quelle a été la partie la plus étonnante pour vous ? 

LMLa rapidité avec laquelle le banquier a accédé aux demandes ! Il était évident que le fait que j’inclus mes frais bancaires dans une démarche d’optimisation de mes charges, n’était pas une surprise pour eux ! Ils m’ont dit, après négociation : “vous avez très bien fait, c’est effectivement ce qu’il fallait faire !  ” 

Si je ne l’avais pas fait, j’aurai clairement manqué de crédibilité, car j’ai sincèrement l’impression qu’ils étaient prêts !

SirmetLaurent MUCHIUT - Directeur Administratif & Financier

inicea
Effectif : 950

Secteur d’activité : Santé

[ Mission CIA ]

 

Lorsque Marianne vous a parlé de ce crédit d’impôt restituable sur les stagiaires, qu’en avez-vous pensé ?

Je connaissais le CIA, mais je n’en avais pas entendu parlé sur le périmètre des stagiaires que nous accueillons au sein de nos établissements de santé.

En plus, le milieu de la santé n’est pas toujours concerné par les lois sur les stages, l’apprentissage, etc. c’est très spécifique. Je n’étais pas au courant que nous pouvions en bénéficier.

C’est le Cabinet Marianne qui m’a expliqué le dispositif, disponible de manière rétroactive sur 2012 et 2013.

Je leur ai donné les listings des stagiaires de nos 10 cliniques sur ces deux années et Marianne s’est chargée de faire un état des lieux et une analyse sur ce qu’il était possible de récupérer. Puis ils ont chiffré le montant et préparé les courriers. L’équipe Marianne a fait le travail pour moi, je n’avais plus qu’à signer et envoyer en recommandé.

 

Avez-vous eu des hésitations avant de vous lancer ?

Nous en avons toujours car nous sommes souvent démarchés par des cabinets comme Marianne sur les recherches d’économies, et la plupart du temps cela nous demande pas mal de travail en terme de récoltes de données, d’affinage des informations, etc. pour un bénéfice pas toujours intéressant par rapport au travail que les équipes doivent fournir en amont.

Marianne m’a bien expliqué et rassuré sur le fait que je n’avais rien à faire, que le travail serait fait par le cabinet – s’il n’y avait pas d’économie potentielle, rien ne serait facturé à Inicea.

Donc je me suis dit « de toute façon ça ne coûte rien, j’ai juste à leur transmettre les listes ou registres des stagiaires et c’est eux qui font le travail ». Ils nous ont vraiment accompagnés, soutenus même.

 

Vous attendiez-vous à ce montant de crédit d’impôt ?

Non pas du tout ! C’est un montant très important ! Nous avons récupéré, pour l’ensemble du groupe, 173 600 euros de crédit d’impôt sur les stagiaires, je ne m’y attendais pas !

 

Cette mission vous a-t-elle paru chronophage ?

Pas du tout ! L’équipe de Marianne est efficace et discrète dans sa façon de procéder.

 

Ce crédit d’impôt restituable sur les stagiaires est encore valable pour les exercices 2012 et 2013 mais doit être impérativement effectué en 2016… Que diriez-vous aux DRH n’ayant pas encore effectué la démarche ?

Il faut y aller ! C’est un réel avantage sans que cela demande un gros travail de notre part. C’est une simple formalité administrative à accomplir pour récupérer ce crédit d’impôt. Pour nos établissements de santé, ça valait le coup !

Je n’hésiterai pas à faire l’étude pour savoir si je suis éligible ou pas à ce dispositif. Car nous y avons droit mais nous ne le savons pas forcément, et par les temps qui courent, toutes les économies sont bonnes à prendre.

IniceaAlexandra FERT - DRH

sirmet

Secteur d’activité : Industrie

[Mission Performance – Environnement]

Je n’avais qu’un seul objectif : réduire mes charges en énergie et déchet.

Mais ces sujets, comme l’environnement en général, ne font pas partis de mon territoire de compétences.

J’ai donc cherché un cabinet dont le discours, la méthodologie et l’agenda de travail permettait de leur sous traiter l’intégralité de la démarche.

 

L’expert Marianne qui m’a été attribué a été très clair, précis et pertinent… Quand le fournisseur posait une question, c’est l’expert Marianne qui répondait. On m’a demandé si je n’avais pas peur de déléguer à ce point… Mais peur de quoi ? A part perdre du temps, je n’avais rien à perdre ! Marianne a mené tout le diagnostic, a livré des préconisations très claires et a géré toutes les consultations fournisseurs en m’informant de l’avancée de la mission à chaque étape majeure.

Au final,  nous avons réalisé  80K€ d’économies annuelles, et surtout, récurrentes !

 

 

 

SirmetLaurent MUCHIUT - Directeur Administratif & Financier

COOP DE NORMANDIE – PICARDIE

[Témoignage]

A trois reprises, et dans des domaines aussi différents que les charges sociales, la fiscalité foncière et l’appréciation du statut de mandataire social, nous avons fait appel aux services de la société Marianne. En chaque occasion, les audits menés par Marianne ont été suivis d’effets positifs grâce à des gains significatifs. En apportant un regard extérieur, Marianne nous a permis de faire évoluer favorablement certains dossiers que, probablement, nous aurions mis plus de temps à étudier, faute pour notre groupe de disposer des compétences pointues et immédiatement actives de la société Marianne.
Sa faculté d’adaptation à nos propres contingences a été certaine et nous n’avons aucun regret d’avoir fait appel à celle-ci.

Coop de Normandie – PicardieGérard THIBOUS - Président Directeur Général